Chapitre 6 : le miroir magique

Publié le par KaiM

 

Bien loin de là, mais au même instant, le mage Thenetos se réveilla. Il lui fallut dix bonnes minutes pour rassembler ses pensées, sous les yeux inquiets du fidèle Ovarif. Enfin, le magicien se leva. Il n’avait regagné que peu de forces, mais il lui fallait absolument de nouvelles informations.

-         Ovarif ! appela-t-il. Mande le miroir magique !

Le serviteur s’éclipsa et revint presque aussitôt, suivi de deux nains qui portaient un large miroir au cadre doré et incrusté de joyaux.

-         Laissez-moi seul, à présent, ordonna Thenetos tandis que les deux domestiques déposaient l’objet face à lui.

Le mage plongea son regard dans la glace, puis prononça l’incantation rituelle :

-         Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle !

Un visage noir apparut au cœur de la surface de verre.

-         Quoi encore ? grogna-t-il.

Thenetos soupira. Cette chose était d’une qualité déplorable. Non seulement il était impossible de changer le ridicule mot de passe, mais en plus l’esprit qui hantait ce miroir était insolent. On ne le reprendrait plus à acheter du matériel d’occasion à cet escroc de Bl’ensh Nèj. Enfin, les miroirs capables de montrer le passé étaient quasiment introuvables, et il n’allait pas faire la fine bouche.

-         Je veux savoir ce qui s’est passé aujourd’hui, vers midi, à quarante-sept kilomètres au Nord-Nord-Est de la ville de Dümrist, déclara le mage d’un ton las.

-         Désolé, ces événements ne sont pas encore archivés. Repassez plus tard.

-         Ne te moque pas de moi ! Montre-moi cette scène !

-         Ca va vous faire un choc, prévint le miroir.

-         Obéis !

Le visage disparut, laissant place à un paysage ensoleillé. L’image grossit et Thenetos put distinguer un petit village au milieu de la campagne. Le miroir montra le lieu sous tous les contours, et le mage comprit que les maisons étaient abandonnées. La vision se dirigea alors vers une route et s’éloigna du village jusqu’à rejoindre un convoi qui se hâtait vers le Sud, longeant une forêt. Apparemment, les habitants avaient quitté précipitamment leurs demeures. Le miroir fit un commentaire :

-         Ce sont des réfugiés qui fuient devant les armées du roi Itraïr.

-         J’avais saisi, merci.

Soudain, plusieurs flèches sifflèrent, transperçant les hommes qui se tenaient à l’avant du groupe. Du bois surgirent cinq Elfes à cheval - probablement des éclaireurs - qui se jetèrent sur la caravane sans cesser de tirer. La panique s’empara du convoi. Les gens couraient, tentant désespérément de fuir. Le chef des éclaireurs atteignit les chariots et tira son épée. Sa lame s’abattit sur une femme qui tentait de protéger un bébé. D’autres flèches frappèrent les fuyards. Un deuxième Elfe mit pied à terre au milieu du convoi et attaqua trois hommes qui avaient saisi des fourches pour se défendre. Quelques secondes après, ils étaient tous morts.

Le chef se dirigea vers un groupe de quatre personnes qui tentait de s’abriter derrière un chariot. Ils devaient tous avoir entre douze et seize ans. L’Elfe leva son arme...

Une lumière blanche illumina la surface du miroir et éblouit Thenetos. Quand l’image redevint nette, les cinq Elfes étaient morts. Les quatre jeunes gens se regardaient, interloqués.

La vision se dissipa.

-         Je n’ai plus d’énergie, expliqua le miroir.

-         Aucune importance, répondit le mage. Cela me suffit. Il faut retrouver ces quatre personnes. Bon, ils n’ont pas le temps d’atteindre Dümrist, ils ont donc dû se diriger vers Kridath... Ovarif ! J’ai un nouveau message à transmettre à Andorion !

Quelques minutes plu tard, une chauve-souris s’éloignait du palais de Thenetos. Le mage la regarda partir. Parfait. La situation s’éclaircissait. Les pions étaient en place. Il n’y avait plus qu’à attendre. Et le magicien s’endormit profondément.

Publié dans histoiresdefarlo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article