Chapitre 22 : La magie se déchaîne

Publié le par KaiM

 

- Que faites-vous ici ? demanda-t-il.

            - Il ne m’est pas difficile de sortir d’un fort tel que celui-ci.

            - Ce n’est pas ça que je voulais dire ! Que voulez-vous ?!

            - Tu ne l’as pas compris ? Je veux les Bracelets, tout simplement.

            - Désolé, répliqua Alexandre d’un ton dur, mais vous n’allez pas pouvoir me les prendre. Je les maîtrise désormais.

            Greta eut un sourire mauvais.

            - Tu les maîtrises, dis-tu ? A mon avis tu n’as pas tout saisi. Si tu as utilisé ces Bracelets, c’est parce que j’ai guidé ton esprit. Tu es incapable d’y parvenir seul !

            - Et comment comptez-vous me les prendre ? questionna le Prince.

            - Fort simplement. En te tuant et en les ramassant sur ton cadavre.

            - Je croyais que cela leur ferait perdre leur pouvoir...

            - Petit ignorant ! L’énergie que tu viens de déployer a fait sauter toutes les protections dont disposaient les Bracelets ! Tu n’es plus protégé par rien !

            Et Greta propulsa un jet de flammes. Alexandre se jeta dans la neige et l’évita de justesse, puis se releva aussitôt pour esquiver un rayon verdâtre.

            - Tu n’as aucune chance, ricana la vieille femme en tendant la main vers la maison qui se dressait derrière le Prince.

            La bâtisse s’effondra et les pierres manquèrent d’écraser Alexandre. Greta fit un geste mystérieux et un cercle de flammes apparut autour de sa proie, se resserrant peu à peu

            - C’est fini, déclara la sorcière. Tu vas brûler vif.

            - Attendez ! s’écria le Prince. Je n’ai pas tout compris !

            Le feu cessa de progresser.

            - Je déteste que mes plans tordus échappent à mes victimes au moment d’en finir, grommela Greta. Je vais donc t’expliquer ce que j’ai manigancé. L’attaque des marchands, dans la vallée du Lanor, c’était une mise en scène. C’est moi qui les ai tués, pour m’introduire dans votre groupe. Quant à la caravane de Vorgen, c’étaient des démons que j’avais invoqués pour me servir ! Je pensais éliminer tes compagnons et te capturer, mais vous avez perturbé mes plans en vous enfuyant. J’ai du vous pourchasser. Heureusement, Lida savait où vous vous trouviez !

            - Lida ? Mais elle est sourde et muette !

            - Tu parles ! Je l’ai laissée en vie quand j’ai tué les marchands et je l’ai manipulée pour parvenir à mes fins ! L’explication, je l’espère, te conviendra, car ton ultime sursis est à présent écoulé. Adieu.

            Le cercle enflammé rétrécit encore. Pendant le dialogue, Alexandre avait tenté de recourir aux Bracelets, mais il n’avait pas réussi à s’y introduire comme auparavant. Greta avait raison. Il n’était pas capable de les manier seul. Soudain, le Prince aperçut Lida de l’autre côté des flammes. Il sut aussitôt qu’elle seule pouvait l’aider.

            - Les Bracelets ! cria la petite fille. Donne-les moi ! Je peux vaincre cette sorcière !

            Alexandre faisait confiance à Lida. Il savait qu’elle s’était libérée de l’emprise de Greta. Il savait qu’elle allait gagner. Il allait retirer ses Bracelets, lorsqu’il réalisa que quelque chose ne tournait pas rond. Greta n’avait laissé aucune chance à ses ennemis lors des précédents affrontements. Là, il avait échappé à ses sorts à plusieurs reprises ! Le Prince comprit que la sorcière ne voulait pas le tuer, mais bien le forcer à ôter les Bracelets. La protection était toujours en place ! Il sentit l’esprit de Lida qui tentait d’influencer le sien. Tout fut alors clair. La petite fille ne l’avait pas sauvé lors de leur dernière rencontre. Elle avait elle aussi lutté contre lui. Et après avoir échoué, elle avait modifié la mémoire d’Alexandre pour lui faire croire qu’elle était son alliée !

            Le Prince, au lieu de repousser l’intrusion, s’infiltra dans l’esprit de Lida. Il y lut comment utiliser les Bracelets, et aussitôt fit affluer le pouvoir en lui.

            Une gigantesque vague d’énergie balaya la place, emportant le puits, les maisons, la neige. Seul le fort résista.

            Le calme revint. La tempête elle-même avait cessé. Les nuages s’étaient dispersés et le soleil brillait. Alexandre se tenait au milieu d’un cratère. Il vit Dario, qui n’avait subi aucun dommage, et continuait à chanter. Sa plaie se refermait peu à peu. Le Prince réalisa qu’il avait inconsciemment épargné son maître d’armes lorsqu’il avait déchaîné son pouvoir. Greta gisait à terre. Soudain, elle explosa. Alexandre écarquilla les yeux. Que se passait-il ? Une voix s’éleva dans le silence.

            - Tu sembles surpris. C’est pourtant fort simple. Ce n’est pas Greta qui a invoqué les mercenaires. C’est moi qui les ai tous conjurés !

            Le Prince leva les yeux et découvrit Lida. La petite fille disparut un instant dans un éclat de lumière qui éblouit Alexandre. Lorsqu’il ouvrit les yeux, une femme d’une trentaine d’années, blonde, aux yeux verts, drapée dans un manteau blanc, se tenait devant lui.

            - Qui êtes vous ? demanda le Prince.

            - Lida, bien sûr. Mais je ne suis plus une enfant depuis longtemps. J’ai pris cette apparence pour gagner ta confiance. C’était parfait, d’ailleurs. Même le maître Chanteur, qui a pourtant compris que les mercenaires étaient des démons, n’a rien vu concernant Greta et moi ! Et rien ne s’est passé comme prévu ! Au lieu de me remettre les Bracelets, tu as appris à t’en servir ! Toutes ces manigances pour rien !

            - Vous allez tenter de vous emparer des Bracelets ?

            - Bien sûr que non ! hurla la magicienne. Tu es devenu bien trop puissant pour moi ! Mais tu ne perds rien pour attendre ! Je reviendrai plus forte encore ! Si les Bracelets ne sont pas à moi, ils ne seront à personne ! Profite bien de tes dernières années d’existence !

            Et Lida s’éleva dans les airs, puis prit la direction du Nord. Alexandre savait exactement ce qu’il avait à faire. Une telle ennemie ne devait pas être prise à la légère. Elle avait elle-même annoncé son intention de prendre sa revanche. Il n’y avait pas à hésiter.

            Le Prince tendit la main vers Lida et appela le pouvoir. Une immense colonne de flammes fusa de ses bras et engloutit la magicienne.

            C’était fini.

Publié dans histoiresdefarlo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

loly 19/08/2005 18:23

voila ! je vien de tomber par hasard sur ton site et je trouve ke tu as limmagination kil me manque pour ecrire des histoires fantastiques ! en fait je dessine plus que je necris , le probleme c que je nai pas distoire pour mettre mes personnages en scene ! je ne ten di pas plus si tu est interéssé je te laisse mon mail o cas ou ! merci