Chapitre 8 : Le retour du Chanteur

Publié le par KaiM

 

Alexandre faisait un rêve très étrange, comme souvent d’ailleurs. Il était dans un grand désert de sable. Il n’y avait rien alentour, à l’exception d’un homme qui s’avançait vers lui. Lorsqu’il ne fut plus qu’à quelques mètres, le Prince reconnut l’étranger. C’était Dario. Le maître Chanteur s’immobilisa et ouvrit la bouche pour parler. Au fond de lui, Alexandre savait que tout ce que déclarerait le mage serait d’une grande sagesse.

-         Alexandre ! hurla Dario. Secoue-toi un peu ! Tu m’entends,  oui ou non ?!

Le Prince était trop surpris pour répondre. C’était ça, le discours d’une grande sagesse ?

-         ALEXANDRE !!!

-         Ne hurlez pas comme ça, maître! Je vous entends très bien !

-         Parfait, dit Dario en parlant normalement. J’ai eu beaucoup de mal à te contacter.

-         Mais, maître, qu’est-ce que cela signifie ? Pourquoi puis-je vous parler ?

-         C’est un vieux talent des maîtres Chanteurs, lui dévoila le mage. Certains chants nous permettent de parler aux hommes dans leur sommeil.

-         Pourquoi dans leur sommeil ?

Alexandre s’intéressait grandement à cette nouvelle magie et oubliait complètement qu’il rêvait et qu’il discutait avec un mort.

-         C’est fort simple, expliqua Dario. L’esprit est plus facile à atteindre pendant le sommeil, car il est alors plus ouvert, plus perméable. De plus les hommes ont tendance à considérer leurs songes comme prémonitoires, à agir en fonction de ce dont ils rêvent.

-         On peut donc facilement influencer les gens dans leur sommeil, nota le Prince.

-         C’est exact. En inspirant les dirigeants, les maîtres Chanteurs ont toujours échappé aux aléas de la politique. Mais ce n’est pas de cela dont je voulais te parler.

-         Maître ! s’exclama soudain Alexandre. Vous êtes mort ! Comment avez-vous pu me contacter ?

Dario éclata de rire.

-         Mort, moi ? Au contraire, je suis en pleine forme!

-         Mais... balbutia le Prince. Les Wolks, l’éboulement?

-         Il en faut plus que ça pour me tuer ! J’ai épuisé l’essentiel de mon énergie à déclencher l’avalanche, mais il m’en est resté suffisamment pour ériger un bouclier de protection ! L’astuce était de préparer le bouclier à l’avance, afin de n’avoir qu’à l’activer au moment opportun.

-         Mais cela demande de moduler deux Chants à la fois !

-         Je n’ai pas dit que c’était facile. D’ailleurs, je n’y suis pas complètement arrivé. Ma protection a arrêté les pierres, mais elle était trop fragile et a fini par céder. Les rochers se sont affaissés sur moi, mais ils se sont encastrés les uns dans les autres, formant une petite grotte dans laquelle je suis resté piégé. J’ai attendu longtemps, afin de recouvrer des forces pour m’extraire du tas de pierres.

-         Alors vous n’êtes pas mort ? Ce n’est pas un rêve ?

-         Si, c’est un rêve, mais non, je ne suis pas mort.

Alexandre se jeta dans les bras du mage.

-         Je sais que je t’ai manqué, dit en souriant le maître Chanteur, mais les effusions attendront. Il y a plus urgent. Je viens d’arriver à Fodam, et j’ai constaté que vous n’y étiez plus. Je t’ai contacté pour apprendre ce qui s’était passé en mon absence, et où je pourrais vous trouver.

-         Et bien après votre disparition...

-         Non, coupa Dario. Laisse moi lire dans tes pensées.

-         Parce que vous savez aussi faire ça ?

-         Si tu m’ouvres ton esprit, oui.

-         Ah ? Et comment dois-je faire ?

-         Nous sommes dans un rêve. Prends ton épée et fracasse-toi le crâne.

-         J’imaginais quelque chose de plus poétique...

-         Nous n’avons pas le choix. Obéis.

Sans protester davantage, Alexandre dégaina un de ses glaives et se l’abattit sur la tête. Le Prince s’attendait à s’écrouler assommé tandis que son sang inonderait le sable, mais il n’en fut rien. Une brume argentée s’échappa de la coupure et flotta autour de lui. Dario inspira profondément, et le nuage s’engouffra dans ses narines. Le maître Chanteur resta un instant silencieux, les yeux fermés, puis reprit la parole.

-         Bon. Alors tu as été attaqué par un Zahr. Nous avons donc de nouveaux ennemis. Les Paladins Noirs connaissent en partie notre mission. Il faudra donc s’en méfier. Ecoute-moi bien, Alexandre. Voilà ce que tu vas faire...

                Soudain Dario s’effaça. Le Prince se sentit secoué, et en ouvrant les yeux il découvrit le visage d’Hustouk. L’Ork venait de le réveiller.

Publié dans histoiresdefarlo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article